Accueil / Escales / Les Marquises – Tahuata

Les Marquises – Tahuata

Tahuata, « l’aurore », la plus petite des iles habitées des Marquises, formé d’un bloc de lave de quinze kilomètres en forme de croissant, surmonté de pics au relief audacieux.
L’île du monoï est la seule de l’archipel qui soit bordée de formations coralliennes, ce qui lui vaut ses magnifiques plages désertes de sable blanc, baignées d’une eau limpide.

Dans chaque Baie de la côte ouest, Hanamoena, Vaitahu, Hanatefau, Hapatoni, il n’est pas rare d’apercevoir des bancs de dauphins joueurs, le ballet majestueux de raies manta, des tortues vagabondes et le cortège des poissons tropicaux.

« C’est une des rares fois où j’eus le désir de posséder de la terre »
Alain Gerbault – Navigateur

Je ne sais pas si j’aurais un jour l’envie d’y posséder de la terre mais l’ambiance que dégage le village d’Hapatoni me donne l’envie de revenir y séjourner pour côtoyer plus longuement les habitants du hameau.

Tout le long de l’allée de la Reine au centre du village de Hapatoni, l’ombre des dizaines de vieux et énormes troncs de tamanu déborde sur l’océan. La voie royale pavée fut aménagée sur la digue construite sur les ordres de la reine Vaekehu II au XIX° siècle. Cet alignement au charme romantique, fut planté par les anciens il y a tant d’années, pour protéger le village des assauts de l’océan.

Après l’accueil enjoué des enfants, c’est avec plaisir que nous écoutons le chef du clan nous raconter la vie de ce petit hameau d’une vingtaine de maisons où les jeunes, respectueux de leur environnement, attachés à leurs traditions, porteurs de leur culture, aiment à rester.

La tribu surveille les enfants, s’applique à la propreté du village et son environnement, combat l’oisiveté, chasse les mésententes, et favorise l’entraide. Elle stimule les jeunes à voyager afin de leur ouvrir l’esprit et de revenir avec des idées plein la tête, contribuer au renouveau de leur terre.

Les femmes sculptent l’os de cheval ou des rostres d’espadon et les hommes le bois et la pierre. Chacun sur sa terrasse est affairé : un vieux sculpte à la gouge du bois de rose, une jeune fille grave un morceau d’os, son père polit à la machine une pièce finie, ou encore le crayon en l’air une marquisienne cherche l’inspiration pour son futur objet.

Pour simple coquetterie, les femmes portent le kumu hei, un petit bouquet parfumé, fixé dans la chevelure. Elles le surnomment le filtre d’amour pour son odeur suave et sucrée qui aurait des propriétés aphrodisiaques…
Il est composé de poudre de santal, de feuilles de menthe, de fleurs de ylang ylang, de jasmin, de gingembre, de tiare, d’ananas.

Je suis fasciné par l’effervescence et le dynamisme de ce petit village, de cette petite ile, si loin de tout, où les gens semblent heureux et comblés, si prés de tout.

Ce voyage est un privilège, une grâce, une offrande du cosmos.
Je profite de l’énergie du vent, de la mer. Je parle à la Nature, elle me répond.

Le temps est malicieux, je ressens l’impression d’être sur Saudade depuis une bribe d’éternité. Parfois, maître de son destin, capitaine de son âme, il devient possible non pas de posséder mais d’apprivoiser le Mana Taime, le pouvoir du temps.

Le Mana le plus puissant, il défie Einstein, pour qui seul le déplacement à la vitesse de la lumière permet d’immobiliser complètement le temps. Il célèbre Marcel Proust, à qui il semblait possible de déformer le temps, alors tout à l’écriture d’A la recherche du temps perdu.

De retour au bateau, dans une eau miroitante de turquoise et d’émeraude, le soleil se fait danseur. Les nuages se laissent séduire à tour de rôle pour esquisser quelques pas, chaloupés de sensualité. Alors l’ombre et la lumière folâtrent à l’envie. Une leçon de tolérance où l’esprit de la nuance déploie son intelligence, ses fastes, sa richesse à nulle autre pareille.

consultez également

La Vanille des Iles sous le Vent

L’un des plus précieux trésors de la Polynésie, la vanille de Tahiti, s’apparente à une …

2 commentaires

  1. Ton texte donne trop envie de flâner sur cette ile tout en faisant des travaux manuels …

  2. Brigitte Barreri

    C’est une de nos plus belles escales dont je garde une empreinte magique autant pour les paysages ,l’accueil des marquisiens et des marquisiennes ,les parfums enchanteurs et l’atmosphère de vie dégagée par le rythme des habitants.
    Merci de m’avoir permis de découvrir ce paradis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *